Logo pour impression rendez-vous



Descriptif

Alors que la France a entrepris depuis les années 1970 de faire face au passé de l’Occupation, l’ex-capitale a fait le choix inverse, celui du silence et de l’oubli.  

Jeudi 13 juin à 18h30
> RÉSERVER <

Juillet 1940. Vichy, devient le siège du nouvel « État français » et la capitale provisoire de la France après l’invasion allemande. Comme partout en France, la ville subit les événements et compte des pétainistes, des collaborateurs, des hésitants et des résistants.
Toutefois, la particularité de son statut va marquer son identité. Dès la Libération, Vichy cherche à redevenir la « reine des villes d’eaux » et tente de se démarquer d’une histoire nationale qui ne la concernerait pas. Très vite, la guerre n’est plus qu’une parenthèse qu’il faut refermer et oublier. Au fil des ans, la ville se construit une mémoire presque unique en son genre. Alors que la France a entrepris depuis les années 1970 de faire face au passé de l’Occupation, l’ex-capitale a fait le choix inverse, celui du silence et de l’oubli.

Par Audrey Mallet, docteure en histoire contemporaine des universités Paris-Panthéon-Sorbonne et Concordia University (Canada)
En partenariat avec
Mémorha


 

Ou ?



L'organisateur