Logo pour impression accueil



Descriptif

Le conditionnement des sociétés n’est-il plus que de la science fiction ?


Conférence- rencontre
 / Samedi 23 mars à 14h30 / Gratuit

En résonance avec le spectacle Fahrenheit 451, le Théâtre des Célestins et le CHRD proposent d’engager une réflexion sur la place et le rôle de la culture dans les régimes totalitaires avec l’historien Lionel Richard suivie d’une discussion en présence du metteur en scène David Gery et d’Isabelle Rivé, directrice du CHRD.

Le passé historique récent a montré comment des sociétés pouvaient être uniformisées en fonction des exigences du pouvoir en place. L'exemple le plus extrême est celui de l'Allemagne nazie. A partir de 1933, prétendument au nom des valeurs de la germanité, les nazis ont mis au pas  l'ensemble de la culture allemande. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les tenants de valeurs humanistes ont tenté d'élaborer des institutions internationales sur des principes se situant aux antipodes de ces orientations destructrices. Le souci essentiel qui s'imposait en vue de construire l'avenir était la protection sociale de l'individu. Mais, au bout de plus d'un demi-siècle, l'idée d'une mise en condition, d'une mise au pas, est-elle vraiment morte, n'alimentant plus que le discours des historiens, ou, à la manière de Ray Bradbury avec son roman Fahrenheit 451 paru en 1953, l'imagination des auteurs de science-fiction ?...

Par Lionel Richard, professeur honoraire des Universités, auteur notamment de trois ouvrages de référence sur l'Allemagne nazie : Le nazisme et la culture et Nazisme et barbarie aux éditions Complexe (Paris), et Goebbels, portrait d'un manipulateur aux éditions André Versaille (Bruxelles/Paris).


Renseignements et réservation : 04 72 73 99 00 / chrd.reservation@mairie-lyon.fr

Ou ?



L'organisateur