Logo pour impression accueil



Descriptif

MERCREDI 29 MARS A 18H30 

À travers une approche historique et juridique, cette conférence propose d’analyser les effets de la loi de dénaturalisation du 22 juillet 1940, depuis son application par les magistrats, les préfets et les maires, jusqu’à ses conséquences pour ceux qui l’ont subie et se sont vu retirer la nationalité française.





« La France aux Français » : ce fut l’une des premières mesures mises en œuvre par le gouvernement de Vichy avec la loi du 22 juillet 1940, qui prévoyait de réviser le statut de tous les Français naturalisés depuis 1927. Plusieurs centaines de milliers de personnes étaient visées et, même s’ils n’étaient pas cités dans le texte de loi, les Juifs en premier lieu.
À partir de cette analyse des mécanismes de la violence d’État et du fonctionnement d’une administration en régime autoritaire, la réflexion s’élargira au-delà de ce champ chronologique pour inclure l’analyse des réformes ou propositions de réformes intervenues dans les années récentes, visant à priver de leur nationalité les « mauvais Français ».

Par Claire Zalc, directrice de recherche à l'Institut d'histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS)  et Danièle Lochak, professeure émérite de droit public de l’université Paris-Nanterre.



VOIR AUSSI


 

Ou ?



L'organisateur