Logo pour impression accueil



Descriptif

Ils s’appelaient Victor Zigelman et Henri Krasucki, Sophie Szwarc et Yanina Sochaczewska, Jacquot Szmulewicz et Étienne Raczymow, Paulette Shlivka et Esther Rozencwajg... Le plus jeune, en 1940, avait 14 ans, le plus âgé moins de 30 ans. Leurs parents avaient fui, dans l’entre-deux-guerres, la misère et l’antisémitisme qui régnaient en Pologne et en Roumanie pour se réfugier en France. Sous l’Occupation, ils sont devenus résistants dans la section juive de la Main-d’œuvre immigrée (MOI). Seule une minorité en réchappa.

Jeudi 28 mars à 18h30  
> RÉSERVER <

L’histoire de ces quelques centaines de jeunes gens est restée largement méconnue. Pourtant son importance est déterminante pour la communauté juive elle-même, mais aussi pour l’histoire de la Résistance et celle, si discutée, du PCF sous l’Occupation. Un portrait de groupe saisissant qui éclaire une page trouble, héroïque et polémique des années noires.

Par Annette Wieviorka, historienne spécialiste de l’histoire du génocide des juifs et du communisme français et directrice de recherche émérite au CNRS - Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

// Tarif : 3€


VOIR AUSSI




 

Ou ?



L'organisateur