Logo pour impression La Section Atterrissages Parachutages (SAP)

La Section Atterrissages Parachutages (SAP)

La Section Atterrissages Parachutages (SAP).

 les photos

Les opérations de parachutages et d’atterrissages sont essentielles aux mouvements de résistance et aux maquis. Elles leur permettent de se développer en assurant le transit des hommes, des matériels, des fonds et des courriers.

Avions et équipages sont fournis par la Royal Air Force.
Les missions sont toujours programmées de nuit, entre le premier et le dernier quartier de lune, pour profiter de conditions favorables d’éclairement, ce qui ne laisse en pratique qu’une marge d’une quinzaine de jours par mois pour opérer. La recherche des terrains constitue une part importante du travail des agents, qui doivent en fournir un descriptif précis à la RAF, seule habilitée à accorder l’homologation.

« Courgette », « Arc-en-ciel », « Orion » du côté de Bletterans (Ain), « Poire » près de Roanne (Loire), « Aigle » et « Marguerite » en Saône-et-Loire, comptent parmi les dénominations attribuées par la SAP aux quelque 186 terrains homologués dans notre région.

La responsabilité de la réception incombe à un chef d’opération, habilité au terme d’une série de stages effectués sur le sol anglais : Paul Rivière, auquel l’on doit un important fonds remis en 2000 au CHRD, est ainsi responsable de la SAP à partir de juin 1943, succédant pour la région R1 à Raymond Fassin et Bruno Larat.
A chaque mission sont affectés un nom et une équipe propre, qui connaît son « message personnel ». Les équipes de terrain sont à l’affût de la phrase d’exécution, diffusée sur la BBC lors des trois émissions de messages personnels, à 13h15, 19h30 et 21h30.
Celle-ci valide l’opération et donne le feu vert aux préparatifs.
Le jour dit, le pilote est aidé dans sa tâche par un signal de radioguidage émis du sol, au moyen d’appareils de type « Eurêka » et/ou par le biais d’une communication vocale, établie par liaison radio grâce aux « S-Phones ».
L’avion en vue, le chef d’opération envoie en morse, au moyen d’une lampe torche, la lettre convenue qui l’identifie et confirme au pilote que l’équipe de réception est la bonne. Dès que l’avion répond par sa propre lettre, le balisage du terrain peut commencer et l’appareil se poser. Le transfert en hommes et en matériel se fait en moins de quinze minutes, dans le vrombissement des moteurs.

Le succès des atterrissages et des parachutages doit beaucoup aux opérateurs radios clandestins. Leur savoir-faire en matière de codage/décodage des messages envoyés/reçus vers et depuis Londres sous forme de clés numériques, relève d’une grande technicité, obscure pour le quidam. Nombreux sont ceux qui, débusqués par les moyens de repérage goniométrique des émetteurs clandestins mis en œuvre par l’occupant dès le mois d’août 1942, y ont laissé leur vie.

Dernière modification : 27/11/2012 17:05