Visages (du centre) d'histoire. Portraits de témoins par Frédéric Bellay

bandeau de l'exposition "Visages (du centre) d'histoire. Portraits de témoins par Frédéric Bellay" en 2009 au CHRD

Jeannette Ruplinger, née Tavernier

Jeanne Tavernier naît le 24 janvier 1922 à Saint-Genis-Laval.

En 1940, elle est employée à l’École Universelle de Paris, repliée à Lyon. Elle est mise en contact avec les Forces Unies de la Jeunesse qui se mobilisent pour aider les jeunes à échapper au STO.

Elle dirige le Service faux papiers de l’organisation puis celui des Mouvements Unis de la Résistance. Elle s’occupe également du service social des FUJ.

En juillet 1944, elle est arrêtée et blessée alors qu’elle tente de s’enfuir. Incarcérée à la prison de Montluc, elle n’y reçoit aucun soin.

Appelée avec les 120 personnes qui seront exécutées à Saint-Genis-Laval le 20 août 1944, elle est finalement repoussée dans sa cellule et donc sauvée.

À la libération de la prison, elle séjourne à l’hôpital de Grange Blanche, puis signe, à sa sortie, un engagement dans les FFI.

Elle reçoit la médaille de la Résistance des mains d’Edouard Herriot en 1946, la médaille militaire lui est attribuée en 1953.

Consulter sa biographie détaillée