Jeune. Exerce un bon métier en contribuant à la Relève

Le travail en Allemagne comme opportunité professionnelle et preuve de solidarité nationale… C’est ainsi qu’est présentée la Relève dans cette affiche de 1942, éditée par le gouvernement de Vichy pour soutenir un dispositif censé satisfaire les exigences allemandes et permettre le retour de prisonniers de guerre français.

La Relève :

Début 1942, les Allemands envisagent de réquisitionner des travailleurs français pour pallier le manque de main-d’œuvre disponible en Allemagne, les hommes étant mobilisés au front. Pierre Laval, chef du gouvernement de Vichy, propose un marchandage à Fritz Sauckel, commissaire du Reich pour la main-d’œuvre : en échange du départ volontaire en Allemagne de trois travailleurs français spécialisés, un prisonnier sera libéré. C’est ainsi que « la Relève » voit le jour.

Pour soutenir la Relève, les services de l’information de Vichy mettent en place une série ininterrompue de campagnes de propagande : affiches, brochures et tracts sont imprimés par millions pour inciter les ouvriers au départ volontaire pour l’Allemagne.

Les premiers trains d’ouvriers volontaires et ceux de prisonniers libérés se croisent le 11 août 1942, en gare de Compiègne, au cours d’une cérémonie très médiatisée.

La Relève est toutefois un échec. Non seulement le nombre de volontaires attendus n’est pas atteint, mais le nombre de retours est décevant (90 000 estimés sur un peu plus d’un million de prisonniers). Cet échec, combiné aux besoins de main-d’œuvre toujours croissants de l’Allemagne, aboutissent à l’instauration du Service du travail obligatoire en février 1943.

Informations techniques

Document d'archives - Affiche

Date : 1942
N° inventaire : A. 179
Exposition :
Vous retrouverez cet objet dans l’exposition : Génération quarante - Les jeunes et la guerre