Journal de Victor Tiollier, déporté

Ce journal est celui de Victor Tiollier, séminariste de 23 ans, membre du réseau de résistance Gallia. Il y consigne son parcours depuis son arrestation à Lyon en mai 1944, jusqu’à sa déportation à Dachau, puis à Neckarelz, un camp satellite.

Au fil des pages de son journal, Victor Tiollier rend compte de la discipline morale et spirituelle à laquelle il s’astreint face aux épreuves, en dépit d’un travail exténuant. Conscient de l’entreprise de déshumanisation mise en œuvre par ses geôliers, il pose clairement sa démarche comme un acte de résistance.

Ses écrits s’interrompent le 19 janvier 1945. Trop faible pour continuer, Victor Tiollier meurt cinq semaines plus tard de maladie et d’épuisement.

En 2015, le journal de Victor Tiollier a fait l’objet d’une publication à l’initiative de sa famille : Mourir à Neckarelz. Le journal de Victor Tiollier (Éditions Blanche de Peuterey).

Informations techniques

Carnet (format 15 x 11 cm) couvrant la période 28 juin 1944 au 26 février 1945 sur une trentaine de pages, rédigées au crayon à papier.

N° inventaire : Ar. 1211
Fonds : Oury Chantal