Les enfants d’Izieu

Pendant quelques mois de l’année 1943, la colonie d’Izieu apparaît comme un refuge pour les enfants confrontés aux persécutions antisémites de l’Allemagne nazie et de la France de Vichy.

 

Fondée par Miron et Sabine Zlatin en mai 1943, la colonie d’Izieu dépend de l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE), une association qui mène des actions de sauvetage à destination des enfants juifs. La maison qui accueille les jeunes pensionnaires et leurs éducateurs est située dans l’Ain, non loin de la frontière suisse.

Cent six enfants, juifs pour la plupart, et originaires de différents pays d’Europe, sont accueillis à la colonie d’Izieu entre mai 1943 et le 6 avril 1944. Ce jour-là, un détachement de la Wehrmacht et une voiture de la Gestapo de Lyon font irruption devant la colonie. Sur les ordres de Klaus Barbie, les hommes arrêtent quarante-quatre enfants (âgés de 4 à 17 ans) et sept éducateurs juifs. Ils sont déportés par six convois successifs vers Auschwitz-Birkenau et assassinés dès leur arrivée, à l’exception de l’éducatrice Léa Feldblum, qui survivra à la déportation. Miron Zlatin et deux adolescents sont quant à eux déportés en Estonie, puis fusillés dans la forteresse de Tallin. Sabine Zlatin, qui se trouvait à Montpellier à ce moment-là, échappe à l’arrestation.

La rafle des enfants d’Izieu et de leurs éducateurs constitue l’un des chefs d’inculpation lors du procès de Klaus Barbie en 1987.

Informations techniques

Collection Philippe Dehan / Maison d’Izieu 

Date : 1944