Lettres de Jeanne Toro à sa fille

Résistante, Jeanne Toro (1907-1975) est interpelée en 1944, au lendemain de la mort de son mari, Étienne Toro, abattu par la Milice. Incarcérée cinq mois à la prison Saint-Joseph, elle ne peut s’occuper de leurs trois enfants ni de leur commerce, une mercerie. Cette responsabilité doit être assumée par leur fille aînée, Henriette. Durant cette période, mère et fille entretiennent une correspondance assidue (le CHRD conserve soixante-seize lettres reçues par Henriette). La nourriture y occupe une place prédominante, Jeanne Toro prodiguant des conseils à l’adolescente ou la remerciant pour les colis reçus.

Informations techniques

Document d'archives

N° inventaire : Ar. 1942
Fonds : Toro Jeanne