Marc Bloch

Daté du 1er novembre 1944, ce numéro de Lyon libre rend hommage à Marc Bloch, éminent historien fusillé en juin de la même année pour ses activités de résistant au sein du mouvement Franc-Tireur. On doit à Marc Bloch l’une des analyses les plus pertinentes de la débâcle de 1940, qui sera publiée après sa mort sous le titre de L’étrange défaite.

Marc Bloch, historien, Juif et résistant : 

Historien spécialiste du Moyen Age, Marc Bloch (1886-1944) a largement contribué à renouveler le champ des études historiques, notamment à travers la revue des Annales qu’il a cofondée en 1929.

Lorsque la France entre en guerre, Marc Bloch a 53 ans et n’est plus en âge d’être mobilisé. Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, il en fait toutefois la demande. Il est alors témoin de la débâcle de juin 1940 et rédige une analyse de la bataille de France qui demeure, aujourd’hui encore, une référence en la matière (L’étrange défaite, Éditions du Franc-tireur, 1946).

En tant que Juif, Marc Bloch est frappé par le statut du 3 octobre 1940 promulgué par Vichy, visant à exclure les Juifs de la fonction publique. Professeur à la Sorbonne, il obtient néanmoins une exemption pour service exceptionnel rendu à la France. Il est nommé à un poste de professeur d’université à Montpellier, puis à Clermont-Ferrand.

C’est en 1943 qu’il entre au sein du mouvement Franc-Tireur. Il en gravit rapidement les échelons, jusqu’à intégrer le directoire régional des Mouvements unis de résistance. À ce titre, il contribue largement à organiser la Résistance dans la région R1 (Rhône-Alpes).

Arrêté par la Gestapo sur dénonciation le 8 mars 1944, il est interrogé et torturé à l’École de Santé militaire, avant d’être fusillé à Saint-Didier-de-Formans (Ain) en juin 1944.

Informations techniques

Une Lyon libre : Ar. 018, fonds Lévy Lotte

Livre : Ar. 1378, fonds Sivignon Fabrice

Exposition :
Vous retrouverez cet objet dans l’exposition : Lyon dans la guerre, 1939-1945