Paul Rivière

Enseignant à Lyon, Paul Rivière (1912-1998) est mobilisé en septembre 1939. En juin 1940, il est blessé lors des combats pour ralentir la progression allemande à Saumur (Maine-et-Loire). À l’issue de sa convalescence, il est démobilisé et reprend son poste d’enseignant à l’automne.

En 1941, hostile à la politique du gouvernement de Vichy, Paul Rivière entre en contact avec Henri Frenay, leader du mouvement Combat. Ce dernier l’engage comme délégué régional chargé de Recrutement, organisation et propagande (ROP). Début 1942, Paul Rivière se rapproche de Raymond Fassin, officier d’opérations du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), pour l’aider à trouver des terrains de parachutages et d’atterrissages.

Interpellé à Clermont-Ferrand par la police de Vichy en juin 1942, au lendemain d’une opération de parachutage, il est incarcéré à la prison Saint-Paul de Lyon, d’où il est libéré en octobre. Reprenant aussitôt contact avec Raymond Fassin, il lui propose d’organiser le service de transmissions radio sur l’ensemble de la zone sud.

En juin 1943, Paul Rivière s’envole pour l’Angleterre afin d’y suivre un stage de préparation aux fonctions de chef d’opérations aériennes. C’est là qu’il apprend l’arrestation de Jean Moulin et des principaux responsables militaires des organisations de zone sud à Caluire, le 21 juin 1943. Paul Rivière est renvoyé en France d’urgence pour remplacer Bruno Larat, chef national du Centre d’opérations de parachutages et d’atterrissages (COPA), interpellé ce jour-là. Il a pour mission de réorganiser ce service, qui prendra le nom de Section atterrissage parachutage (SAP).

À la tête de la SAP, Paul Rivière compte à son actif quelque 220 opérations sur la région Rhône-Alpes. Il recrute pour son secrétariat l’ancienne assistante de Bruno Larat, épouse de Raymond Fassin : Geneviève Fassin (1920-1996). Elle assure le codage et le décodage des télégrammes, ainsi qu’une partie des liaisons avec les chefs d’opérations départementaux. Par ailleurs, elle prend en charge les agents et personnalités qui doivent embarquer ou viennent d’atterrir lors des opérations de la SAP.

À l’issue de la guerre, Geneviève Fassin apprend la mort de son époux en déportation. Paul Rivière et elle se marieront en 1946.

Après-guerre, Paul et Geneviève Rivière ont rassemblé des archives considérables sur la SAP, aujourd’hui conservées au CHRD.

Informations techniques

Biographie

Personne : 

Paul Rivière